ENTRÉE DANS LE TROISIÈME MILLÉNAIRE Passent les siècles, reste le veilleur



Figure emblématique de la petite citée nichée au pied du Brand, le veilleur de nuit a rempli son office, drainant un long et joyeux cortège dans sa ronde du millénaire.

LES CLOCHES de l'église Sainte-Anne de Turckheim sonnent minuit. Curieux et impatients, les gens sont postés devant la fontaine du corps de garde, guettant le moindre frémissement en provenance du bâtiment communal. Les uns sont « armés » d'appareils photos, les autres de bouteilles. Soudain, les bouchons sautent, les flashes transpercent la nuit. La figure emblématique de la cité du Brand fait enfin son apparition, coiffée du tricorne, vêtue d'une houppelande, portant hallebarde et lanterne. Sourire aux lèvres, le veilleur de nuit s'apprête à présenter ses voeux aux autorités et aux bourgeois de la cité. Un verre à la main, vite rempli, lui accorde encore un moment de répit. D'une voix puissante il entonne maintenant un chant en vieil allemand, souhaitant une bonne et heureuse année à tous.

Une quinzaine de haltes

Bravant le froid et la pluie de pétards, le veilleur s'élance gaillardement dans la Grand-rue, suivi par une foule impressionnante. Il fera une quinzaine de haltes, soutenu dans ses chaleureuses paroles par des membres de la chorale paroissiale et quelques chanteurs improvisés. Un second verre de vin l'attend à la porte de Munster, où un groupe de touristes belges se joint à la cohorte après être descendu des Trois-Epis par les sentiers. Le veilleur emprunte encore la rue des Vignerons puis la rue Grenouillère pour chanter une dernière fois le passage à la nouvelle année devant le corps de garde. Là, il invite ceux qui l'ont suivi dans ce long périple nocturne à trouver un peu de réconfort dans la salle de la Décapole de l'hôtel de ville. Perpétuer une tradition ayant traversé bien des siècles et remise au goût du jour en 1953 par la société d'histoire Wickram, tel a été le rôle de Jean-Luc Killy en ce premier janvier 2001. L'arrière-arrière-petit-fils de Joseph Jamm, le dernier veilleur professionnel de Turckheim, a marché dans les pas de son aïeul pour une ronde exceptionnelle, la première du nouveau millénaire.

A NOTER Le veilleur de nuit de Turckheim reprendra ses rondes quotidiennes à 22 h à partir du 1er mai.

Une foule impressionnante a emboîté le pas du veilleur de nuit de Turckheim pour la première ronde du siècle et du millénaire.

Yannick Bohn